Retour à l'accueil
akeikoi
  • independant
  • Hors-Normes Productions
  • Nantes (France)
  • Français / Ivoirien

  • Style musical : World
  • Dernière connexion : le 08-09-14 à 16:37

SENOUFO

Sortie le 5 mars 2010

+ de photosalbum photo

Live au New Morning 30 mars 2010

L\'histoire d\'Akeïkoi

biographie

  • AKEÏKOI Biographie

    Le groupe AKEÏKOI a été crée en 2000 sous la forme d'un collectif appelé à l'origine « Akeïkoi From Connexion », connexion de deux groupes : Caline Gerorgette et Yelemba d'Abidjan.
    Cette formation, est issue de la rencontre entre les frères Livenais, originaires des « Froms », lieu-dit situé entre Nantes et Angers et Lassina Coulibaly, dont le quartier général se situe à « Akeïkoi » en banlieue populaire d'Abidjan.


    Groupe de rock speed et funk, Caline Georgette aura marqué ceux qui les ont vu sur scène par son tonus, sa rage et son originalité. Caline Georgette c'est plus de 400 concerts entre 1992 et 1995 en Europe ou en France, dont une prestation très remarquée aux Printemps de Bourges en 1993.
    Preneurs de sons dans l'âme, musiciens talentueux et déterminés, après leur premier album « Des clous », les trois frères Livenais travaillent avec de nombreux musiciens d'influences diverses, s'intéressent aux musiques du monde et voyagent souvent en Afrique.
    En 1994, ils rencontrent le chanteur togolais Jimi Hope et feront avec lui quelques concerts en France, notamment aux Francofolies de La Rochelle et une tournée au Togo et au Bénin en 1995.
    Avec Jimi Hope, ils enregistrent « Tôt ou tard », disque collector indispensable annonçant déjà la naissance d'un rock africain, dans lequel on perçoit déjà une autre idée de la fusion des cultures.


    C'est dans le quartier d'Abidjan « Akeïkoi », que Lassina Coulibaly, artiste polyvalent d'origine Sénoufo et initié par ses maîtres, s'installe pour former la troupe Yelemba en 1995, avec l'aide de l'association nantaise Planète Tam Tam.
    Entre tradition et modernité, Yelemba travaille et revisite le large répertoire multi-ethnique de la Côte d'Ivoire. Musiciens, danseurs, chanteurs et acteurs exceptionnels, ces artistes complets présentent leurs spectacles, en Europe et à l'international. Cinq de ces musiciens (ivoiriens, guinéens et burkinabés) conduits par Harouna Dembélé le chef batteur de la troupe, exploreront de nouvelles voies au sein d' AKEÏKOI, en apportant leurs rythmes et chants traditionnels (en Sénoufo, Dioula), les percussions à peaux tendues et autres balafons, ainsi que des instruments sacrés rarement entendus dans le monde, comme les boloyes. Ce laboratoire sonore laisse une large place aux performances, à la danse et au spectacle.


    Après plusieurs années de découverte mutuelle et d'adaptation musicale entre les membres du collectif, le premier album d'AKEÏKOI « Binkafô » sortira en 2002 sous le label Hors-Normes Productions, suivi d'une tournée nationale en 2003 et 2004. « Binkafô » sera l'album de la rencontre entre deux mondes qui devront cohabiter, celui du rock brut et de la musique ethnique africaine. L'enregistrement ne pourra se faire qu'en prise live et le groupe en ressortira encore plus expérimenté.
    Le conflit en Côte d'Ivoire viendra perturber et fragiliser le travail du groupe pendant 2 ans; mais la profondeur du projet, l'intensité créative et la détermination des musiciens permettront à AKEÏKOI de refaire surface, avec une incontestable maturité artistique et une forte motivation à porter leur projet sur le devant des scènes du monde entier. Ce tournant pris en 2006 se caractérise par un changement de formation (plus légère avec une base de 8 musiciens) et d'identité musicale, marquée par un équilibre subtil et puissant entre le rock et l'afro, comme en témoigne leur dernier maxi, sortie en juin 2007.Sortie du prochain album "Sénoufo" le 5 mars 2010.

discographie

Sénoufo (2010)
Binkafô (2002)

coups de coeur

  • http://www.adjololo.com

Contact

  • MANAGEMENT : Vince. ADJOLOLO SYSTEM Tèl : +33 (0) 6 63 71 59 96 BOOKING : François. MA CASE Tèl : +33 (0) 6 63 08 18 90
    49440 Freigné
  • Contacter AKEIKOI
  • URL : www.adjololo.com

Pour voir les lecteurs video et audio telechargez Flash.

Voir les photos Voir les videos

Les commentaires de ses amis (0)

Ecrire | Voir tous

description

  • SENOUFO Chroniques Presse 2010


    Nous nous souvenons bien des Caline Georgette, combo rock détonnant des nineties, formé par les trois frères livenais ! Nous les avions un peu oubliés ; eux n'ont jamais arrêté la musique, travaillant avec des artistes de tous horizons et voyageant en Afrique. De leur rencontre avec l'Ivoirien Lassina Coulibaly et sa troupe Yelemba naît le groupe Akeïkoi, mélangeant instruments ethniques et électriques, avec un répertoire traditionnel qui laisse une place de choix aux chants, aux rythmes, à la danse. Après Binkafô (2002) voici Sénoufo, lumineux, énergique, jubilatoire. Soumalé et ses choeurs féminins séculaires mettent en garde contre la disparition de la culture des Sénoufos, ethnie ..e d'Ivoire. Sur Yébin et Pé-poro soufflent des cuivres aux accents latinos, Sortie des initiés nous conduit à la transe, Gopolo et Koloye sonnent blues... Les dix titres illustrent une fusion afro-rock maîtrisée, réussie.

    LONGUEUR D'ONDES Elsa Songis, juin 2010


    Akeikoi réunit depuis la fin du millénaire précédent des membres de Caline Georgette, un band funk-rock originaire du bocage nantais, et de Yelemba, une troupe ivoirienne de musiciens et danseurs. Ensemble, ils inventent un univers musical cohérent où la nonchalance des grooves de l'ethnie sénoufo rencontre l'énergie du rock et parfois même la pulsation du funk. Akeikoi sait aussi bien faire parler les tambours d'aisselle que crier les guitares. Par frottement, enfoncement ou repositionnement des deux mondes, chaque composition de ce deuxième opus trouve son identité, façonne ses contours. Afro-blues plus qu'afrobeat, le propos de ces musiciens puise sa force à la source du poro, un rite initiatique qui se déroule en trois phases de sept ans chacune.

    MONDOMIX Squaaly, mars 2010


    Akeïkoi est un quartier populaire d'Abidjan. C'est de là qu'est issu Lassina Coulibaly, un artiste sénoufo. Avec quatre de ses comparses, il décline les musiques et rythmes de son ethnie sur des balafons et percussions pendant que les frères Livenais, trois Français fous de funck et de rock (qui officièrent un temps sous le nom de Caline Georgette) balancent riffs de guitares électriques et accords de piano Rhodes. Parfois afro-funk, souvent polyrythmique, traversé de chants rauques et incantatoires, cet album fulgurant prend aux tripes.

    VIBRATION Elisabeth Stoudmann, mars 2010


    Guitares saturées et mélopées lancinantes, voix fiévreuses, clavier onirique et percussions au grand galop... Est-il possible de mélanger le rock à l'esthétique musicale de l'Afrique de l'Ouest sans dénaturer ni l'un, ni l'autre ? Où plutôt dépasser le stade de la fusion pour créer un genre dynamique et évolutif dans la perspective d'une mondialisation sonore actualisée par des échanges entre les deux rives de la Méditerranée ? A l'écoute, l'expérience est étonnante : on dirait que le talent et la sincérité de l'inspiration donnent la contribution décisive à la réussite de l'opération démarrée en 2000 à Abidjan. Ici, la troupe locale « Yelemba d'Abidjan » de Lassina Coulibaly et les rockers français de « Caline Georgette » créent un collectif qui deviendra Akeïkoi et publiera, en 2002, le premier album « Binkafô ». Succès, curiosité, concerts et tournée, puis pause due à la longue crise ivoirienne. 2006, c'est le retour en fanfare, avec quelques changements dans la formation et un soin particulier accordé au dosage des genres. Le résultat est ce tout nouveau « Senoufo », que l'on conseille vivement d'apprécier sur la scène parisienne pour un live plein de surprises ! En concert le 30 mars au New Morning, Paris 10è.

    AMINA mars 2010....


    Akeïkoi a perdu son From Connexion en chemin depuis la sortie de son premier album en 2002, mais le groupe franco-ivoirien n'a pas changé d'objectif pour autant, à savoir trouver un équilibre possible entre rock occidental et musiques traditionnelles africaines. Exit cependant l'obsession des rythmiques mandingues des débuts, Akeïkoi puise aujourd'hui dans l'immense torrent de sons que l'Afrique transpire par tous les pores pour alimenter sa tambouille : afrobeat (« Pé-Poro », « Yebin »), blues du désert (« Koloye », « Gopolo »), reggae (« Piguéléa »), rumba funk (« Néguêsso »), etc. Mais les guitares viennent aussi souvent mordre le gras des mollets des danseurs (« Soumalé », « Sorties Des Initiés », « Técoubé »), ce qui nous laisse penser qu'Akeïkoi doit être du genre à lâcher la bride rock en concert. Le groupe a surtout eu l'intelligence de ramasser son propos en quelques minutes, évitant ainsi les titres à rallonge dans lesquels les musiciens traditionnels tombent parfois. « Senoufo » est par conséquent un disque bien de son époque, métissé sans tomber dans l'exotisme pour petit blanc, piochant le meilleur des différentes cultures, et qui devrait pouvoir combler quiconque a l'oreille un minimum ouverte sur le monde. ....

    LE YETI Kalcha, / février 2010....


    Akeikoi est le point de fusion entre Nantes et Abidjan. C'est aussi la rencontre en 2000, d'un rock speed-funk et d'une musique multi-ethnique tirant ses racines de la tradition mandingue : Caline Georgette et les Yelemba d'Abidjan. Après sept ans de réflexion, malheureusement due en partie au conflit ivoirien, ils reviennent plus matures que jamais. Et c'est ce qu'on appelle souffler pour mieux rebondir ! Leur deuxième opus « Senoufo » accomplit le pari difficile de sortir des sentiers battus des musiques du monde, tout en restant fidèle à leur double personnalité. Equilibré et énergique, Akeikoi y mélange la bonne dose de djembé, balafon, guitare, voix, basse, nuances et vrais bons solos pour livrer un afrobeat aux tendances groove et rock vraiment abouti, avec un supplément d'âme. Les amoureux de cette musique incantatoire, vibrante et cuivrée ne s'y tromperont pas.....

    TOHU BOHU Marie Hérault, mars 2010 ....


    Un matin, un e-mail: « Nouveaux titres d'Akeïkoi sur MySpace ! » Click... Et là, le surprenant frisson ! « Somalé » : la vielle imzad déroule l'horizon du Ténéré touareg sur les rugissements d'un orgue à la « Born To Be Wild », « Péporo » : une embardée de cuivres déclenche un afrobeat balancé au milli-poil, guitare groovy, choeurs impeccables et paroles françaises, en crescendo jusqu'à la chevauchée extatique du djembé. Et le moment de pure magie vous cueille à la « Sortie des initiés »
    : il faut avoir rôdé aux alentours du bois sacré pour traduire par le cri fuzz d'une guitare saturée la voix des esprits de l'Afrique fantôme étreignant l'incantation du rock.

    Addiction dès la première écoute ! Quelques collègues rameutés propagent l'explosion d'adrénaline. Le village rock a reconnu ses pairs dans cette osmose inouïe où l'essence de la transe africaine épouse l'énergie du métal. C'est quoi ? C'est qui ?...C'est Akeïkoi ! Première fusion afro-rock totalement aboutie. Voilà dix ans que la tribu angevine des Livenais, funk rockers fondateurs de Caline Georgette, et les « nyamakala » (griots) performers de l'ensemble Yelemba d'Abidjan cherchent à unir leurs sons au-delà des clichés de superposition. Akeïkoi se concrétise en 2000, publie un premier album en 2002, « Binkafô ». Le second, à paraître fin 2009 bénéficie de cinq ans de maturation. Cinq titres sont déjà en ligne : un plaisir qui vaut celui du meilleur bordeaux, long en bouche et délicieusement enivrant.

    François Bensignor
    MONDOMIX

Généré par tousenlive.com