Retour à l'accueil
elista
  • "Elista La Folie Douce"
  • aucun
  • Jive/Epic
  • paris (France)

  • Style musical : Pop
  • Dernière connexion : le 16-05-07 à 00:56

Pour voir les lecteurs video et audio telechargez Flash.

Voir les photos Voir les videos

Les commentaires de ses amis (11)

Ecrire | Voir tous

Jazz in Marciac Le 28-10-09 à 11:36


Moretto Le 23-01-08 à 12:18
Messieurs, nous vous la souhaitons bien bonne cette année nouvelle!
Moretto Le 21-11-07 à 17:27
Salut les gars!
Si ça vous tente, on a une nouvelle chanson (Madness) et un nouveau clip (la Suzanne) sur notre page!
Gros poutous!
Cochise Studio Le 18-10-07 à 08:02
Ugh!
Les USA! Belle opportunité pour tes projets... c\'est par ici!
Peace.
Guillaume Terrible ce clip Le 28-05-07 à 09:19
J\'aime beaucoup :)

Le clip est bien trouvé pour ce titre \"les hommes ordinaires\"
teho Le 21-05-07 à 18:08
toujours aussi bien, et bravo pour le concert de Bourges c\'était bien sympa (dommage pour la galère de gratte a la fin du set!). A bientôt. pascal de TeHO
Cap'taine Jack Bravo Le 16-05-07 à 18:24
Superbes mélodies et textes sympas...
Il y a du talent ici...
Bonne et longue route les mecs.
Serge CABON Venez voter pour un artiste! Le 15-05-07 à 10:37
Offrez une chance a un artiste francais de qualité d\'être repéré et mis en avant sur le site grace au concours \"watthefuck\" cliquer sur ce lien : http://www.wat.tv/popular/contest/483248 dans le champ \"Rechercher un participant\", entrer mon nom \"sergecabon\" et cliquer sur \"voter pour ce membre\" C\'est votre B.A.de la journée! merci! a bientot sur ma page \"sergecabon\"
Commentaire Express
Ben
Le 14-05-07 à 11:43
Salut Elista,
\"Debout\", c\'est juste un tube !
Commentaire Express
austyn
yéyé Le 08-05-07 à 19:14
bravo a vous pour votre parcours, et plein de bonnes choses encore je vous souhaite !! c est très merité
sebrouch Le 02-05-07 à 09:14
Bienvenue

biographie


  • Elista revient (enfin), avec un nouvel album, « La Folie Douce », trois années après la sortie d'un premier album très remarqué (le sobrement intitulé « Elista »). Avant d'être un groupe, Elista est une histoire de potes. Trois copains, François (guitare et chant), Thomas (chant et guitare) et Benjamin (parolier) font converger leurs talents sur un petit quatre-pistes. Au début, les chansons ne dépassent pas les murs de leur chambre, mais bientôt, l'aventure de potes se transforme en groupe, et Elista prend sa mouture définitive avec l'arrivée de Marc à la batterie (le bassiste originel Nicolas étant parti vers d'autres horizons). Entre rock, lo-fi et « chanson française », Elista se trouve une drôle de formule qui fait mouche dès le premier album, mis en avant par le remarquable single « Debout », dont s'entichent pas mal de programmateurs radios (Le Mouv', Oui Fm, Europe 2, France Inter...). Alors qu'il commence à tourner activement (au final le groupe comptera prés de 90 dates sur son premier album dont Eurockéennes et Festival des Inrockuptibles en 2003) , Elista prend petit à petit conscience de son entité de groupe rock, aujourd'hui clairement entérinée avec « La Folie Douce ».

    « En concert, on est toujours un peu obligé de forcer le trait, de rentrer dans des critères plus raccords avec l'idée même du groupe de rock. Quand on faisait les chansons dans nos chambres et qu'on incorporait des violons à une chanson, on ne s'occupait pas de savoir comment on allait faire en concert. Ce nouveau disque s'est davantage réalisé avec, en amont, l'idée que les chansons allaient être jouées en live, et surtout avec l'expérience de tous nos concerts » explique Thomas. Pour autant, la musique d'Elista garde une géométrie particulière, en cela que l'intégralité des textes sont composés par Benjamin, dont le titre d'unique parolier fait de lui le seul membre du groupe à ne pas être sur scène (même s'il est présent sur toutes les dates). « Ça n'a rien à voir musicalement, souligne François, mais je vois parfois Elista comme le travail d'un atelier musical à la Tamla Motown, où des gens travaillaient pour des chansons, sans forcément se soucier d'une logique de groupe. Tout le monde oeuvre pour la chanson, et il n'y a pas d'identification propre sur les textes à un quelconque frontman. » D'autant qu'il y a deux chanteurs dans Elista (Thomas & François), lequel est probablement davantage un collectif rock avec des choses à dire qu'un groupe rock avec rien dedans. Un fonctionnement définitivement à part, mais qui pour eux est le plus naturel du monde, nourri par une amitié qui les unit depuis plus de vingt ans (Benjamin, Thomas et François se connaissent depuis l'école primaire). « Benjamin a une entreprise de fabrication de textes qui s'apparente à une espèce de supermarché... (rires) » plaisante Thomas. Mais le travail qui consiste à marier des textes extérieurs aux morceaux composés par le groupe ne semble pas aussi fastidieux qu'on pourrait l'imaginer, comme l'explique le parolier lui-même: « Je fais passer tous mes textes à Thomas et François, et le morceau se construit à partir de leur envie d'en chanter un en particulier, soit d'un aspect plus terre à terre, si par exemple le texte colle spontanément avec la musique. Mais il m'arrive aussi de retoucher les paroles pour qu'elles rentrent plus naturellement ou de composer un texte sur une musique pré-écrite. En fait, c'est simple, on travaille jusqu'à ce que ça marche ». Et comme pour contrecarrer l'aspect très intimiste des paroles du premier disque, Benjamin, s'ouvre volontairement sur le monde (cf La Folie Douce). Une confrontation avec l'extérieur qui illustre le plus souvent les difficultés de chacun pour trouver sa juste place dans la société... Ainsi Je suis une nuit de tempête fait-il directement référence à la réalité économique actuelle. Mais la désillusion sentimentale (Le niveau des mers, Lâcheté ), la futilité de notre soif de reconnaissance (Finir dans les journaux) ou notre incapacité à nous regarder en face (Les hommes ordinaires) sont autant de thèmes que couvrent les chansons.

    Une seule écoute de « La Folie Douce » permet de comprendre la densité des textes et de la musique. Il y a d'ailleurs peut-être bien deux disques dans ce disque. Le disque du verbe, crucial et pensé chez Elista, mordant, ironique ou nonchalant, qui se superpose au son rock, limpide et incisif, résultant d'un travail avec le producteur Dimitri Tikovoï (producteur de « Meds », le dernier album de Placebo, Kill The Young), un genre de monsieur qui connaît son affaire. « On voulait un réalisateur pour trancher radicalement avec le travail du premier album, et qui comprendrait aussi notre façon de travailler « par couches », qui appréhenderait aussi notre envie d'incorporer des éléments électroniques ». À la fois correcteur, rectifieur de tir et source d'idées nouvelles, Tikovoï apporte sa pierre à l'édifice en ouvrant des portes à la musique du groupe. Le disque étant enregistré sur plusieurs mois en trois parties (dans deux studios parisiens et un studio bruxellois), le groupe s'adjoint également les services d'Antoine Gaillet (M83, Arman Méliès, Cyann & Benn ...) et de Christine Verschorren (Ghinzu, Hollywood Porn Star ...). Trois réalisateurs différents travaillent donc sur une « Folie Douce » qui, pour autant, ne perd ni de son unité et encore moins de son intensité. Car l'album demeure avant toute chose inspiré par l'énergie du live, capturée sur quelque 90 concerts donnés après le premier album.

    Dès le début du disque, des guitares franchement power-pop apprennent à se conjuguer avec les textes cathartiques de Benjamin. Des textes qui se scandent plus qu'ils ne se disent, portés par une noirceur new wave qui se marie judicieusement avec des influences tribales (Queens Of The Stone Age à qui le groupe semble signer son hommage sonique avec « Dès le départ, dès le début ») ou nettement plus urbaines (famille Sonic Youth/Death From Above 1979). Totalement décomplexé, le rock d' Elista ne craint plus de fricoter avec un rock aussi brut et humain que les idées qu'il défend. À quelques coudées de l'aspect lo-fi artisanal du premier disque.

    Magma de sons, de mots et d'idées, « La Folie Douce » sortira le 23 Octobre. Quelques semaines donc encore à attendre pour Elista avant que le public ne découvre le fruit de leur labeur. « Maintenant qu'il est terminé, nous en sommes super satisfaits. Ce deuxième album a été trop longtemps en mouvement, et on est ravis qu'il soit enfin prêt. Maintenant, il ne nous reste plus qu'à travailler pour qu'il soit aussi intéressant à jouer sur scène qu'il l'a été à enregistrer. »
Généré par tousenlive.com